Recyclage du verre – Contexte et position de la MRC

Recyclage du verre – Contexte et position de la MRC

Le dossier de la récupération du verre évolue de jour en jour. Certaines municipalités ont mis en place des dépôts volontaires de verre, alors que d’autres misent sur les centres de tri pour le recyclage de cette matière. Nous sommes conscients qu’il peut être difficile de s’y retrouver et que les préoccupations des citoyens sont nombreuses.

Mise en contexte

Rappelons d’abord que les centres de tri tirent leurs revenus de la vente des matières recyclables. Ils n’ont donc aucun intérêt à les éliminer – bien au contraire! – puisqu’enfouir des matières résiduelles coûte cher et rime avec perte financière.

La récupération du verre connaît des difficultés depuis que l’entreprise Klareco, le plus grand conditionneur de verre recyclé au Québec, a fermé ses portes en 2013. À la suite de cette fermeture, les débouchés pour le verre provenant de la collecte des matières recyclables ont grandement diminué (peu d’intéressés), les prix de mise en valeur ont explosé et les exigences de qualité se sont accrues.

Alors que les centres de tri du Québec écoulaient leur verre auparavant à coût nul, la grande majorité d’entre eux choisissent maintenant d’acheminer le verre dans des lieux d’enfouissement technique (LET), en substitution aux matériaux vierges utilisés comme couche de recouvrement journalier (une opération obligatoire et essentielle). Bien que cette forme de valorisation ne soit pas la plus reluisante et ne respecte pas en tout point la hiérarchie des 3RV (Réduction, Réemploi, Recyclage et Valorisation), elle est tout de même justifiée dans le contexte actuel. Donc, en Haute‑Yamaska, l’ensemble des contenants en verre récupérés dans la collecte des matières recyclables sont actuellement valorisés de cette façon ou recyclés.

La problématique touche tout le Québec. Il nous apparaît donc pertinent que les solutions analysées soient possiblement déployées à grande échelle de façon provinciale. Ainsi, le 19 septembre dernier, une Commission parlementaire sur le sujet a déposé un rapport contenant neuf recommandations, dont:

  • Élargir le système de consigne, notamment sur les bouteilles de vin et spiritueux;
  • Interdire l’enfouissement du verre dans les LET;
  • Encourager le développement de débouchés locaux du verre.

Il est à noter que les bouteilles de vin représentent à elles seules plus de 80 % des contenants de verre placés dans le bac bleu. Il n’est donc pas surprenant que la solution de la consigne soit retenue.

Nous pouvons espérer que si les recommandations de la Commission sont acceptées, elles seront mises en place à moyen terme.

Dépôts de verre : la position de la MRC

Pour l’instant, la MRC n’envisage pas de mettre en place des dépôts volontaires ou des conteneurs pour récupérer le verre pour les raisons principales suivantes :

  • Des solutions à l’échelle de la province sont actuellement étudiées et semblent plus appropriées vu l’ampleur de la crise;
  • Dans le contexte actuel où la consigne est envisagée, l’installation de conteneurs de verre représenterait une solution temporaire de trop courte durée. Il nous apparaît important de ne pas agir précipitamment;
  • Étant donné qu’une consigne amènerait les citoyens à changer leurs habitudes, il paraît inefficace de les sensibiliser à utiliser des conteneurs de verre pour ensuite les inciter à faire autrement;
  • L’acquisition de conteneurs pour les dépôts de verre commanderait des frais non négligeables pour une période possiblement temporaire;
  • Un double discours, soit le fait que les contenants de verre sont acceptés dans les dépôts de verre et à la collecte des matières recyclables, pourrait semer la confusion et diminuer la confiance envers le recyclage;
  • La problématique du verre tire son origine du manque de débouché pour cette matière. Cela signifie que les installations existantes ne peuvent accueillir l’ensemble du verre généré actuellement au Québec. Les dépôts volontaires de verre ne représentent malheureusement pas une solution à cette difficulté;
  • Bien que les bouteilles de vin font partie du quotidien des gens, les contenants de verre ne représentent que 8 % du bac bleu. La quantité de verre générée est donc minime sur la quantité totale d’ordures produites sur le territoire par année. Plusieurs mesures prévues au Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de la MRC permettront de détourner des quantités de matières beaucoup plus importantes que les dépôts de verre (par exemple, des mesures pour inciter les commerces à trier leurs matières organiques, des efforts au niveau de l’industrie de la construction, etc.);
  • Advenant une consigne sur les bouteilles de vin et spiritueux, les centres de tri de matières recyclables devraient être en mesure de traiter le reste du verre provenant de la collecte sélective (bocaux, pots, etc.).

Soyez assurés que nous gardons les yeux ouverts pour tous développements dans le dossier du verre. Pour toutes informations additionnelles sur le sujet, veuillez contacter la directrice du Service des matières résiduelles au vleblanc@haute-yamaska.ca ou par téléphone au (450) 378-9976.

Qu'avez-vous pensé de cette page?

Nous sommes désolés!

Quel était le problème?

Laisser un commentaire